Point de situation relatif à la crise en Ukraine

    Communiqué de presse du Groupe ENGIE du 02 mars 2022

    Le Groupe ENGIE condamne l’invasion de l’Ukraine et affirme son soutien aux populations affectées. Le Conseil d’administration d’ENGIE réuni aujourd’hui a examiné les conséquences des événements affectant la souveraineté de l’Ukraine. Il a exprimé son émotion devant cette situation, mettant en péril la paix en Europe et la vie de populations civiles. Dans ce contexte, il est solidaire des décisions prises par l’Union européenne.

    L’ensemble des administrateurs se sont accordés sur les points suivants :

    • ENGIE rappelle que le Groupe n’a pas d’activité industrielle en Russie et ne développe pas de projets d’investissements sur ce territoire.
    • Dans un contexte de tension sur les marchés de l’énergie, ENGIE mobilise toutes ses ressources pour assurer la sécurité des approvisionnements de ses clients. En 2021, la part des approvisionnements du Groupe résultant de contrats de long terme avec Gazprom était de l’ordre de 20% de ses ventes et consommations mondiales de gaz.
    • Si des sanctions européennes ayant un impact sur la poursuite des approvisionnements russes - qui représentent 40% des approvisionnements européens tous opérateurs confondus - devaient être prises, ENGIE s’y conformerait en tout point. Dans ces circonstances exceptionnelles, les autorités de régulation et gouvernements seraient amenés à prendre des mesures face aux très fortes tensions à prévoir sur l’approvisionnement à l’horizon 2022/23 et le groupe travaillerait étroitement avec les autorités.
    • ENGIE dispose d’un portefeuille de contrats de long terme avec la Norvège, les Pays-Bas, la Russie, l’Algérie et les Etats-Unis, qui incluent une part de gaz naturel liquéfié. Dans le contexte de cette crise, le Groupe utilise toutes les opportunités possibles pour continuer à sécuriser son approvisionnement.
    • Concernant le projet Nord Stream 2, au financement duquel le Groupe a contribué depuis avril 2017 aux côtés de quatre autres investisseurs européens, ENGIE en tant que prêteur est exposé à un risque de crédit pour un montant maximal de 987 millions d’euros qui pourrait se matérialiser notamment en cas de dépôt de bilan.

    Cette crise montre l’urgence d’accélérer la transition énergétique en Europe. ENGIE est plus que jamais mobilisé pour contribuer à la transformation du mix énergétique, progressivement moins dépendant du gaz naturel, par le développement des énergies renouvelables et des gaz verts (hydrogène vert, biométhane…).

    Télécharger le communiqué