Le chauffe-eau solaire individuel, votre atout écologique et économe

Aviez-vous imaginé que le soleil, cette énergie disponible en abondance et gratuitement, pourrait vous aider à réduire vos dépenses d’eau chaude ? Avec un chauffe-eau solaire individuel, vous pouvez diviser par 2 ou 3 votre facture d’énergie pour la production d’eau chaude sanitaire (ECS)(1). Explications.

 

3 raisons de choisir le chauffe-eau solaire individuel (CESI)

  • Gagner en indépendance énergétique en profitant de l’énergie solaire

  • Réduire le montant de vos factures d’énergie en même temps que vos émissions de CO2

  • Profiter d’aides financières (soumises à conditions) pour diminuer le coût d’installation

Selon la région, un chauffe-eau solaire individuel peut couvrir de 50 à 70 % des besoins annuels en eau chaude d’un foyer(2).

Un chauffe-eau solaire individuel (CESI), comment ça marche ?

Comment entretenir un CESI ?

Rien d’obligatoire, mais pour préserver sa performance et allonger sa durée de vie, mieux vaut faire entretenir votre installation par un professionnel une fois par an, comme pour une chaudière. 

Vos panneaux solaires, ces pourvoyeurs d’énergie, sont le cœur de l’installation. Les nettoyer régulièrement est donc recommandé pour obtenir toujours un bon rendement.

 

Quel est le prix d’un chauffe-eau solaire individuel ?

Tout d’abord, sachez que l’Ademe conseille d’acheter tous les composants de votre CESI chez un seul fabricant et de faire appel à un professionnel RGE pour l’installation. Le budget équipement, pose, mise en service dépend du dimensionnement des panneaux solaires et de la marque du ballon. Mais, à titre d’information, comptez entre 3 800 € et 5 500 € TTC pour 3 à 5 m2 de panneaux solaires et un ballon d’eau de 200 à 300 litres. 

Dernier point, si votre logement a plus de 2 ans, vous pouvez bénéficier, sous réserve d’éligibilité, de certaines aides financières comme MaPrimeRénov', l’éco-prêt à taux zéro ou une TVA réduite à 5,5 %.

 

(1) Source : Ademe, « Le chauffe-eau thermodynamique ou solaire »

(2) Source : Ademe, guide pratique « Se chauffer mieux et moins cher », décembre 2017