Résistance thermique : formule de calcul et utilité

L’isolation est capitale pour le confort et les économies d’énergie. Pour viser la performance, il est important de suivre quelques conseils en isolation, notamment dans le choix de matériaux dont la résistance thermique doit atteindre un seuil minimal pour être éligible aux différentes aides.

Résistance thermique d’un matériau isolant : définition

Caractérisée par le symbole R, la résistance thermique d’un matériau isolant indique sa capacité à ne pas transmettre la chaleur.

Associée à la conductivité thermique ou lambda (λ) et à d’autres notions comme le déphasage ou le coefficient d’isolation, la résistance thermique R est une notion qui permet d’évaluer la performance thermique d’un isolant.

Plus la résistance thermique est importante, plus le matériau est capable de retenir la chaleur. Elle s’exprime en m2.K/W.

Résistance thermique : formule de calcul et utilité Résistance thermique : formule de calcul et utilité

Si son nom peut faire penser à une notion très technique, elle est en réalité plutôt facile à manipuler et surtout très utile. En effet, un certain niveau de résistance thermique est imposé dans les logements neufs ou en rénovation pour correspondre à la RT 2012 et pour pouvoir prétendre à certaines aides financières.

 

Petit comparatif de la résistance thermique de quelques isolants

La résistance thermique d’un matériau isolant dépend de l’épaisseur mise en œuvre sur la paroi et sa conductivité thermique.

Pour connaître la résistance thermique d’un matériau, il faut donc avant tout connaître sa conductivité thermique de base. On peut lister les références pour quelques matériaux courants :

  • Fibres de bois : 0,038 à 0,049 ;
  • Laines biosourcées : 0,032 à 0,047 ;
  • Liège expansé : 0,037 à 0,044 ;
  • Verre cellulaire en panneau : 0,041 ;
  • Polystyrène expansé : 0,032 à 0,038 ;
  • Polyuréthane : 0,022 à 0,028 ;
  • Ouate de cellulose : 0,037 - 0,0421.

Une fois ces informations en tête et à l’aide de la formule de la résistance thermique, vous pourrez calculer la résistance thermique de votre matériau, identifier le meilleur isolant en fonction de votre situation, afin de prévoir si votre construction ou votre rénovation répond aux critères étatiques d’attribution des aides.

 

Résistance thermique d’un isolant : la formule

Il vous faut commencer par calculer la résistance thermique de l’isolant, en multipliant la conductivité thermique par l’épaisseur de votre isolant. On obtient ainsi la formule de la résistance thermique : R = e/λ

Vous pouvez ensuite calculer la résistance thermique de votre paroi. En effet, une paroi peut être équipée de plusieurs isolants afin de gagner en performance. La formule est alors la suivante : Rparoi = Rmatériau1 + Rmatériau2 + Rmatériau3 +...

Vous connaissez alors la résistance thermique précise de votre paroi, afin de faire votre demande d’aides financières.

 

La résistance thermique, un critère important dans l’obtention des aides financières

La résistance thermique fait partie des exigences de la réglementation décidant de l’attribution de certaines aides pour des travaux d’isolation. Une fois rénovée, une paroi doit afficher une résistance thermique minimale qui dépend de deux critères :

  • La zone climatique où se situe le logement concerné par la rénovation ;
  • Le type de paroi : toiture (valeur différente2 pour les pentes de toit supérieures à 60°), mur extérieur, plancher, plancher bas...

La métropole française est divisée en trois grandes zones climatiques : H1 (le nord, l’est et le centre), H2 (toute la moitié ouest) et H3 (tout le pourtour méditerranéen).

Si elle est située au-dessus de 800 mètres d’altitude, un logement qui devrait se trouver en H2 est considéré comme étant en H3, l’altitude faisant varier les températures de manière importante2. Certains critères sont cependant identiques, quelle que soit la zone climatique à laquelle appartient le logement. Il en va par exemple ainsi pour les murs qui ne sont pas en contact avec un volume chauffé. Ils doivent alors impérativement avoir une résistance thermique minimale de 2. De même, lorsqu’une toiture affiche moins de 60° de pente, la résistance thermique de l’isolation doit impérativement atteindre au moins 4,82.

 

Les autres critères d’attribution des aides

Si tous les ménages peuvent bénéficier d’un prêt à taux 0 et d’autres aides financières pour travaux, ces dernières sont attribuées en fonction d’exigences en matière de performance, mais aussi selon des conditions de ressources. Dans tous les cas, vous devez faire réaliser vos travaux par un artisan RGE, afin qu’ils soient effectués dans les règles de l’art en respectant tous les critères d’efficacité et de qualité.

1 http://www.energivie.info/sites/default/files/documents/energivie_guide_isolants_24p_bd_6.pdf
2 https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/fiche-travaux-renovation-logement-reglementation-thermique.pdf
3 https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/coup-pouce-economies-denergie-2019-2020#IsolationComblesToitures