Nos conseils pour une bonne isolation de véranda

Avec son importante surface vitrée, la véranda peut être à l’origine d’importantes déperditions énergétiques au sein d’un foyer, sauf si l’édifice bénéficie d’une isolation thermique optimale. Structure, vitrages, sol… Voici tous les critères sur lesquels porter votre attention lorsqu’il s’agira d’isoler correctement votre véranda.

Une véranda, qu’est-ce que c’est ?

Contrairement à la loggia qui est ouverte, la véranda peut facilement s’apparenter à une pièce supplémentaire. Le plus souvent vitrée, cette structure fermée est généralement accolée à l’une des façades de l’habitation. Si autrefois la véranda servait principalement de salon d’hiver, elle est devenue aujourd’hui une pièce à part entière à laquelle il est possible d’attribuer une fonction précise : bureau, salle à manger, salon…

Il faut dire que les progrès en matière d’isolation de véranda – que ce soit en hiver comme en été – sont tels qu’il est possible d’y vivre comme dans n’importe quelle autre pièce de la maison.

Nos conseils pour une bonne isolation de véranda Nos conseils pour une bonne isolation de véranda

Isolation d’une véranda : les paramètres à prendre en compte

1- Le vitrage

Les vitres composent la grande majorité de la surface d’une véranda. Le vitrage constitue, en effet, le paramètre le plus important de l’isolation des murs d’une véranda. Il est donc impératif d’opter pour des fenêtres présentant des hautes performances thermiques :

  • le simple vitrage : peu isolant, ce vitrage fin est responsable d’une importante déperdition de chaleur. Il n’est pas conseillé si vous souhaitez vivre toute l’année dans cette pièce.
  • le double vitrage : composé de deux vitres entre lesquelles du gaz argon est injecté, ce vitrage offre une performance thermique plus intéressante.
  • le double vitrage à isolation renforcé : il s’agit d’un double vitrage sur lequel des filtres isolants en polyester ont été appliqués pour renforcer son caractère isolant.
  • le double vitrage à contrôle solaire : il est doté de filtres capables de bloquer les rayons UV et les infrarouges.
  • le triple vitrage : s’il est logiquement plus isolant que le simple et le double vitrage, il est également plus lourd. La structure de la véranda devra donc être en mesure de le supporter.

Vous envisagez de remplacer les vitrages de votre véranda ? Selon la réglementation en vigueur, le coefficient de transmission thermique U doit être inférieur ou égal à 2,5 W/(m2.K)(1). Pour information, ce coefficient qui évalue la performance des parois. Plus il est bas, plus l’isolation de la paroi est bonne.

2- La toiture

La grande majorité des vérandas possèdent un toit vitré qui présente l’avantage de laisser passer les rayons du soleil. Si le verre reste le matériau privilégié pour l’isolation de la toiture d’une véranda, il doit être sélectionné avec soin, car il peut être une source de chaleur excessive au sein de la structure. Et s’il s’agit là de l’alternative la plus esthétique, elle est également la plus onéreuse.  

Certains fabricants de vérandas proposent des toitures en panneaux de polycarbonate ou en plaques opaques qui, s’ils sont moins esthétisants que le verre, offrent toutefois une bonne résistance aux conditions climatiques. Mais rien ne vous empêche de privilégier une toiture en ardoise ou en tuiles qui, en plus d’être parfaitement étanche, apporte un cachet supplémentaire.

3- La structure

En plus de conditionner l’aspect esthétique global de votre véranda, le choix du matériau qui composera la structure de l’édifice influe également sur son pouvoir isolant.

  • Le pvc : ce matériau offre un rapport qualité/prix relativement intéressant. En matière d’isolation, il est plutôt performant à condition que le matériau soit de bonne facture.
  • Le bois : il s’agit du matériau le plus isolant à partir du moment où vous opterez pour une essence imputrescible. Le coût est également plus élevé.
  • L’aluminium : léger, résistant, inoxydable… l’alu possède divers avantages. Il est toutefois moins isolant que le bois.

4- Le sol

Pour éliminer le phénomène de pont thermique entre la terre et la dalle en béton sur laquelle reposera la structure, il est impératif de poser un isolant. C’est lui qui va parfaire l’isolation du sol de votre véranda. Présenté sous forme de panneau, cet isolant en polystyrène expansé offre une excellente performance thermique. Il résiste également à l’humidité et présente une résistance parfaite à la compression. Il est donc possible de couler une dalle de béton par-dessus ces panneaux isolants pour véranda.

Pour ce qui est du revêtement en lui-même, cela dépend de vos goûts, mais également de l’usage de la future pièce. Mais vous pourrez choisir parmi tous les matériaux habituellement posés dans une maison : parquet, carrelage, béton ciré…

 

Isoler sa véranda : quelles aides financières obtenir ?

Afin d’encourager les particuliers à engager des travaux de rénovation thermique, le gouvernement maintient depuis plusieurs années le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Si vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre véranda, vous êtes peut-être éligible à ce dispositif qui prévoit la déduction de l’impôt sur le revenu d’une partie des dépenses réalisées dans cette optique.

En outre, cette aide de nature fiscale est cumulable à d’autres aides comme la TVA réduite à 10%, les aides de l’Agence Nationale de l'Amélioration de l'Habitat (Anah) ainsi que de certains organismes et collectivités territoriales.

Nos conseils pour bénéficier des aides publiques

Pour profiter de certaines aides, vous devez confier la pose de votre future véranda à un artisan certifié RGE. Trouvez un professionnel près de chez vous avec le réseau d’artisans RGE de Mon Réseau Habitat de Gaz Tarif Réglementé.

(1) https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/fiche-travaux-renovation-logement-reglementation-thermique.pdf