Isolation des combles perdus : quelles sont vos obligations ?

Quand elle est mal isolée, une toiture peut laisser échapper presque 1 tiers de votre chauffage(1). L’isolation des combles perdus devient alors fondamentale pour faire des économies. Aucune surprise donc à voir les nouvelles réglementations thermiques s’en mêler pour favoriser notre transition énergétique. Voici vos obligations en cas de construction ou de rénovation.

Qu’est-ce qu’un comble perdu ?

Les combles perdus correspondent aux surfaces sous les toits difficiles à aménager en raison d’une hauteur sous plafond insuffisante ou d’une mauvaise disposition des bois de la charpente.

Et pourquoi votre chauffage s’échappe-t-il par la toiture ?
Parce que l’air plus chaud, de facto plus léger, s’élève pour aller se loger sous votre toit. Pour une maison non isolée construite avant 1974, l’Ademe estime jusqu’à 30% de pertes de chaleur par la toiture, contre 15% par les fenêtres et 25% par les murs(1). Pour y pallier, une bonne isolation thermique est la seule solution.

Isolation des combles perdus : le point sur la réglementation

Pourquoi choisir l’isolation des combles perdus ?

Au-delà du respect des exigences de la réglementation thermique que nous verrons plus bas, l’isolation de vos combles perdus, ainsi que de votre toiture comporte plus d’un avantage :

  • Vous évitez de gaspiller votre chauffage.
  • Vous améliorez votre confort thermique en hiver, mais également en été car le toit est directement exposé au soleil, ce qui n’avantage pas la bonne climatisation de votre logement.
  • Vous profitez d’une meilleure isolation phonique car les matériaux isolants réduisent également les nuisances sonores.
  • Au niveau écologique, vous consommez moins et vous faites un geste pour l’environnement en réduisant vos émissions de gaz à effet de serre.


Que dit la réglementation RT 2012 pour l’isolation des combles perdus ?

Depuis 2013 pour le neuf et 2007 pour la rénovation, vous devez vous conformer à la nouvelle réglementation RT 2012. L’objectif ? Assurer notre transition énergétique en évoluant vers un parc immobilier basse consommation.

Vous faites construire

Dans ce cas, votre futur logement (individuel ou collectif) doit impérativement être un bâtiment basse consommation. C’est-à-dire qu’il doit consommer très peu pour son chauffage, son eau chaude et son électricité. D’ailleurs, pour valider que votre maison respecte cette exigence, vous devez impérativement mener une étude thermique RT 2012 avant de déposer votre permis de construire. 

Côté isolation, la réglementation spécifie des seuils de résistance thermique (R) minimums en fonction de votre zone d’habitation. Par exemple R = 8 m².K/W en combles et R = 4m2.K/W pour les murs et planchers.

Vous rénovez

De la même manière, selon la RT 2012, pour l’isolation des combles perdus, vous devez respecter des seuils de résistance thermique minimums pour vos parois opaques (murs, combles, planchers bas…). Par exemple R = 4 m².K/W en combles perdus et R = 4m5.K/W pour des combles aménagés. 

Rien ne vous empêche bien évidemment d’aller plus loin que ces coefficients pour améliorer votre performance énergétique. Vous pourrez faire le point complet et précis de vos possibilités d’économies en menant un premier bilan énergétique avant le début de vos travaux.

 

Isoler des combles perdus par soufflage ou avec des rouleaux ?

Selon les caractéristiques des combles, leurs usages et les performances énergétiques attendues, le professionnel RGE qui réalise vos travaux peut vous proposer deux techniques d’isolation :

  • Laine minérale déposée par soufflage mécanique pour les combles difficilement accessibles.
  • Laine minérale en rouleaux pour les combles avec une hauteur suffisante pour permettre aux ouvriers de travailler.

Financez vos travaux grâce aux aides de l’Etat

Bonne nouvelle, les pouvoirs publics encouragent les travaux de rénovation énergétique. Vous pouvez donc bénéficier d’aides spécifiques pour la rénovation et l’isolation de vos combles perdus comme une TVA réduite, un crédit d’impôt ou bien encore un éco-prêt à taux zéro.

(1) http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-isoler-sa-maison.pdf