Ce qu'il faut savoir avant de se lancer dans la rénovation

Vous avez des envies de rénovation pour votre logement ? Vous souhaitez réaménager certaines pièces ? Avant de vous lancer tête baissée dans les travaux, prenez quelques minutes pour profiter des conseils Gaz Tarif Réglementé en matière de rénovation.

Rénovation d'un logement Rénovation d'un logement

Quels travaux de rénovation pour son logement ?

Votre maison a besoin de subir quelques transformations pour être plus agréable à vivre au quotidien ? Vous venez d’acquérir un appartement à rénover ? En remaniant la structure du logement, les travaux de rénovation permettent de remettre nos intérieurs aux goûts du jour et offrent plusieurs avantages.

Rénover sa maison permet tout d’abord de mieux configurer les lieux, pour un usage plus pratique et plus agréable au quotidien. Vous pouvez par exemple ouvrir la cuisine sur le salon pour disposer d’une plus grande pièce à vivre, abattre une cloison pour mieux profiter de la lumière extérieure, refaire votre salle de bain et remplacer votre baignoire par une douche…

Réalisés à l’intérieur ou à l’extérieur, les travaux de rénovation sont également l’occasion de repenser la décoration et l’aspect esthétique du logement. Rénover son logement permet enfin de revoir et de mettre aux normes certaines installations, ou encore d’optimiser son isolation et sa consommation énergétique

Vous pouvez choisir de rénover votre logement dans son intégralité ou vous concentrer sur l’aménagement d’une seule pièce. Vous pouvez par exemple rénover vos combles ou aménager votre garage pour le transformer en pièce habitable. La rénovation portera alors sur les murs, le sol, le plafond et les fenêtres.

Les travaux de rénovation peuvent être plus ou moins longs. Par exemple, pour réussir à optimiser au maximum sa surface réduite, la rénovation d’un studio passe généralement par une phase d’étude. La rénovation d’un logement entier peut prendre plusieurs mois. La durée d’une rénovation énergétique dépend quant à elle de la taille du logement et du nombre d’équipements à remplacer.

 

La rénovation énergétique : revoir ses équipements de chauffage pour plus de confort

Un logement confortable est un logement bien chauffé et bien isolé ! Alors pourquoi ne pas réfléchir à une rénovation énergétique de votre logement ?
Pour améliorer les performances de votre logement et réduire sa consommation d’énergie, vous pouvez commencer par revoir l’isolation des fenêtres (double vitrage), l’isolation de la toiture ou des combles et l’isolation des murs.

Vous pouvez également vous tourner vers de nouvelles solutions de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire. Vous pouvez par exemple investir dans une nouvelle chaudière, plus performante et moins énergivore. Souvent plus compacts et plus silencieux, les appareils d’aujourd’hui sont également plus faciles à intégrer à votre intérieur.

 

Pour en savoir plus

Qu'est-ce que la rénovation énergétique ?

Afin d’améliorer les performances énergétiques des logements, réduire la consommation, et améliorer le confort de vie à l’intérieur des foyers, des travaux du bâtiment ont été référencés dans le cadre du programme de rénovation énergétique. Cet objectif est en marche en France depuis 2007, et a été revalorisée en 2009 avec le premier Grenelle de l’environnement. L’objectif table sur 500 000 logements rénovés par an d’ici 2020, et une réduction de 15% des consommations à l’horizon 2023.
Depuis la conférence environnementale de 2012, les travaux de rénovation énergétique s’accompagnent d’une démarche sur la consommation.

 

La règlementation thermique

Les lois et réglementations concernant la rénovation énergétique se multiplient. Peu avant les deux conférences du Grenelle de l’environnement (2009 et 2010), une réglementation thermique a vu le jour en 2007. Elle concerne les travaux de rénovation énergétique dans l’existant, et définit les performances thermiques que les entreprises et particuliers doivent respecter. Quant à la loi énergie pour la croissance verte (2015), elle met l’accent sur le bâti ancien. Depuis le 1er janvier 2017, un décret d'application de la loi sur la transition énergétique exige que toute rénovation importante (comme un ravalement de façade ou une réfection de toiture) soit accompagnée de travaux d’isolation thermique.

 

Accompagnement, suivi et conseil

Afin que les particuliers et les professionnels soient accompagnés au mieux dans leurs travaux de rénovation énergétique et les aides financières afférentes, le ministère de la Transition écologique et solidaire, le ministère de la Cohésion des territoires et l’ADEME ont lancé la plateforme FAIRE, tous éco-confortables pour "Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique".

 

Mesurer la performance énergétique des bâtiments

Les pouvoirs publics ont mis en place trois niveaux de performance énergétique différents. Ils se sont basés sur les spécificités des logements et les habitudes des locataires ou propriétaires. Le classement va de A (le mois énergivore) à G. Il est utilisé pour le DPE (diagnostic de performance énergétique), devenu obligatoire pour la vente ou la location d’un logement. Il est calculé en kWh/m²/an.

  • Le bâtiment énergivore : il est défini comme un logement où il faut chauffer à 21-22° à cause d’une faible isolation, de fortes infiltrations d’air, d'appareils laissés en veille ou en marche, de lumières allumées. Au final, le bâtiment énergivore (classé G, la plus mauvaise note) va nécessiter de très gros travaux de rénovation énergétique.
  • Le bâtiment à efficacité moyenne : c'est un logement chauffé à 19-20° grâce à un thermostat d’ambiance. L’isolation y est correcte, mais il reste encore des ponts thermiques, c’est-à-dire des zones où l’isolation est rompue entre deux parois. Des infiltrations d’air persistent malgré la VMC (ventilation mécanique contrôlée). les appareils sont débranchés et les lumières éteintes. Au final, le bâtiment à efficacité moyenne est classé D, et ne nécessite pas de gros travaux de rénovation énergétique.
  • Le bâtiment économe en énergie : il bénéficie d’un thermostat d’ambiance programmable permettant de chauffer à 19-20°. L’isolation y est performante aussi bien dans les murs, les planchers et les combles. La VMC est efficace et le débit d’eau est limité. Au final, le bâtiment économe en énergie est classé B.

  

Les travaux propres à la rénovation énergétique de la maison

Selon l’ADEME2, les déperditions de chaleur dans un logement datant de 1974 ou avant (non isolé donc) s’élèvent à 25-30% pour le toit, 20-25% pour les murs, 10-15% pour les fenêtres, 5-10% pour les planchers bas… Pour une rénovation énergétique efficace et pérenne, certains travaux sont indispensables.

  • Isoler avant tout. L’isolation d’une maison ancienne peut être réalisée petit à petit, du sol au toit. L’étape numéro un concerne l’isolation de la toiture et des combles par l’intérieur ou l’extérieur. Puis viendront l’isolation des murs, parois, par l’intérieur ou l’extérieur, l’isolation des planchers bas et, enfin, celle des parois vitrées.
  • Ventiler à bon escient. Une fois le logement bien isolé, attention à ne pas limiter le renouvellement d’air dans la maison. C’est pour cela qu’il faut penser à des travaux de ventilation. L’ADEME conseille une VMC (ventilation mécanique contrôlée) avec une gaine d’évacuation de l’air vers l’extérieur de la maison. En double flux, elle récupère la chaleur.
  • Installer un système de chauffage performant. Pour faire encore baisser la facture, il vous reste à opter pour un chauffage peu gourmand. Les chaudières à condensation au gaz, celles à combustible fossile et à ventouse, ou encore tous les équipements fonctionnant au renouvelable (solaire, bois…) sont des alternatives efficaces.

Ecouter le podcast

La rénovation d'un studio

Votre enfant devenu grand s'en va faire ses études, vous souhaitez aménager un petit pied-à-terre au bord de la mer, ou vous avez l'intention d'emménager vous-même dans un studio en plein centre-ville. Peu importe la raison, l'aménagement d'un studio ne se fait pas à la légère. Plus l'espace est exigu, plus vous allez devoir faire preuve d'inventivité pour optimiser chaque mètre carré. En plus de recommandations pour une rénovation dans les règles de l'art, Gaz Tarif Réglementé vous donne quelques conseils spécifiques concernant l'aménagement d'un studio.

 

Les erreurs à ne pas faire

L'aménagement d'un petit studio ne peut pas imiter celui d'une maison ou même d'un grand appartement. Dans un espace d'environ 20 m2, certaines erreurs sont pourtant couramment commises.

  • Ne cloisonnez pas l'espace. Vous avez trop peu d'espace pour privilégier un seul grand univers. Estrade, bibliothèque ajourée, demi-cloison devront suffire pour séparer la chambre du coin repas et de la salle de bain.
  • N'éloignez pas la cuisine de la salle de bain. Un lavabo, un évier, une douche prennent de la place. Au moment de l'aménagement de la cuisine dans un studio, essayez de tout regrouper au même endroit. Une simple cloison séparera la salle de douche de la cuisine mais vous profiterez des mêmes canalisations, vous faisant gagner de la place et des tuyaux en moins.
  • Ne négligez pas la hauteur sous plafond. Une bonne idée pour l'aménagement d'un studio consiste à installer un lit en mezzanine afin de créer un coin chambre en hauteur qui ne viendra pas se confondre avec la pièce de vie. Pour gagner de l'espace de rangement, dispersez des étagères avec une échelle courant jusqu'en haut des murs ou des estrades posées sur des rangements escamotables.
  • Ne multipliez pas les meubles et préférez les 2 en 1, surtout si vous prévoyez l'aménagement d'un petit studio. Il faut renoncer au luxe d'avoir un meuble pour chaque activité. Plutôt qu'un bureau, utilisez votre table à manger pour travailler. Le canapé-lit reste formidablement pratique lui aussi.

 

Trucs et astuces pour la configuration d'un petit espace

  • L'importance du choix des couleurs. Peintures et revêtements sombres ou trop vifs donnent une impression d'étouffement dans un espace restreint. Les couleurs claires, au contraire, agrandissent visuellement les volumes. Adoptez un esprit minimaliste pour concevoir votre intérieur, y compris au niveau des meubles. Si cela vous semble triste, vous pourrez ajouter des touches plus gaies sous la forme d'accessoires, de coussins, de plaids, de décorations murales.
  • Le cas particulier de la salle de bain. C'est l'espace le plus intime dans un habitat. Vous serez bien entendu obligé d'y loger les toilettes. Il est donc difficile de le décloisonner totalement, à moins que vous soyez certain de ne jamais recevoir. Une cloison modulable peut être envisagée. Il sera en tout cas très important d'optimiser cet espace : douche ou baignoire d'angle s'impose, avec porte coulissante plutôt que s'ouvrant dans la pièce. Les douches à l'italienne donnent également une impression d'espace bienvenue.
  • L'aménagement d'un petit studio. Les miroirs agrandissent les espaces par leur pouvoir réfléchissant, c'est bien connu. Évitez simplement les psychés qui prennent trop de place ; choisissez des modèles peu profonds pour orner vos murs, voire des armoires intégrant un ou plusieurs miroirs sur leurs portes.
    D'ailleurs, l'armoire avec penderie n'est pas indispensable pour ranger les vêtements. Quelques cases pour les habits à plier, une barre et des cintres suffisent.

 

Quels travaux devez-vous envisager ?

  • Les travaux de confort. Cela ne sert à rien de passer des heures à imaginer un intérieur optimisé si l'habitat est vétuste et inconfortable. En tout premier lieu, pensez à l'isolation. C'est un préalable important en termes de confort thermique, bien sûr, mais aussi acoustique, et vous en aurez besoin dans votre immeuble. De plus, cela vous permettra de réaliser des économies d'énergie. N'oubliez pas de compter dans votre budget les travaux éventuels de plomberie et de décoration d'intérieur.
  • Les travaux d'optimisation de l'espace et leur coût. Ils auront un coût mais vous ne regretterez pas de les avoir faits car ils amélioreront considérablement votre bien-être dans votre studio. Par exemple, abattre une cloison coûtera entre 10 et 12€/m³. Vous trouverez des canapés-lits tout simple à 200 €(1) tandis qu'un lit escamotable vous coûtera plutôt entre 1 000 et 4 000€.
    Vous aurez peut-être envie de vous décharger de ce travail sur un décorateur d'intérieur, voire un architecte. Celui-ci pourra en effet vous donner les idées les plus pertinentes pour l'aménagement de votre studio. Dans ce cas, comptez une commission allant de 8 à 15% du montant des travaux.
    Sachez que, au final, une rénovation de studio peut coûter entre 100 et 1 500€ le m2. Identifiez clairement vos besoins pour estimer justement votre budget.

La rénovation d'un garage

Ça y est, vous vous êtes décidé : vous allez aménager votre garage en chambre ou en bureau, en un espace multifonctions garage-buanderie-atelier ou en zone de rangement optimisée au maximum tout en laissant toute sa place à la voiture... Les possibilités sont nombreuses. Tout dépend de vos besoins.
C'est une excellente idée qui vous permettra de gagner de la surface utile et d'améliorer la performance thermique de votre maison. Cependant, ces travaux ne sauraient s'envisager à la légère.

Comment optimiser le rangement ?

  • Un aménagement par le vide. Les garages des temps modernes sont devenus de vrais débarras. Les conserves, l'électroménager inutilisé, les malles remplies des vêtements des enfants... Bien souvent, faute de place, la voiture se retrouve dehors. Avant de concevoir votre projet, faites un tri. Il est certain que nombre d'objets finiront dans une déchetterie ou trouveront une seconde vie dans un autre foyer.
  • Faites le plan de votre garage. Vous pourrez ensuite passer à l'étape concrète de la planification de votre aménagement. Mesurez soigneusement les dimensions de votre garage en tenant compte des éléments impossibles à déplacer tels que les tableaux électriques. Faites un plan et ajoutez-y le dessin de votre véhicule, portières et coffres ouverts, si vous souhaitez continuer à l'y héberger. Tout le reste de l'espace est aménageable à votre guise.
  • Les trucs et astuces d'un rangement optimisé. Utilisez au maximum les trois dimensions de votre garage. Accrochez des rangements au mur : porte-vélos, planches perforées, même des crochets solidement chevillés au mur pour accrocher une planche à repasser suffisent. Suspendez des objets au plafond grâce à des glissières, voire installez une mezzanine si vous le pouvez. L'important est de libérer de la place au sol. Ensuite, vous pourrez ajouter les meubles indispensables.

 

Des travaux adaptés à votre nouvelle pièce à vivre

L'isolation est essentielle. Si votre garage communique avec votre cuisine, vous savez ce qu'il en est. En hiver, une porte ouverte entre les deux pièces suffit à faire entrer un courant d'air froid. Votre consommation de chauffage augmente ainsi plus que vous ne pourriez le croire. De plus, 25%(1) des déperditions de chaleur passent par les murs. Il est donc très avantageux à terme d'isoler le garage.

Faites ensuite la chasse aux canalisations en plomb, à l'amiante dans l'isolation et aux moisissures. Déterminez le nombre et l'emplacement des prises de courant. Il vous faudra aussi envisager l'éclairage, voire le percement de fenêtres : attention aux problèmes de vis-à-vis. Pensez également à l'isolation. Depuis le 1er janvier 2017, il est obligatoire d'isoler les pièces aménagées en vue d'être habitables.

Un aménagement encadré par des normes légales

La transformation d'un garage en surface habitable est soumise à des règles d'urbanisme précises. Vous devrez faire une déclaration préalable de travaux, voire demander un permis de construire ou faire appel à un architecte. Une situation en secteur sauvegardé implique de demander une autorisation aux Bâtiments de France. Enfin, si vous vous trouvez dans le cas d'un lotissement, vérifiez bien son règlement.

Le coût de vos travaux

Le coût d'un aménagement de ce type est fortement variable. Il dépend du projet envisagé, de l'état du garage ainsi que de sa surface, du recours ou non à un architecte. Une fourchette large de 200 à plus de 1 000 EUR par m² est à prévoir. Il est ainsi beaucoup plus facile de créer un atelier plutôt qu'une salle de bain : les travaux et les raccordements sont moins complexes et moins nombreux.

Vous devrez également, en sus du coût des travaux, payer une taxe d'aménagement de garage. Elle est due pour tous les aménagements nécessitant une déclaration préalable ou un permis de construire. Cependant, les travaux d'isolation de votre nouvel espace à vivre vous permettront de faire baisser votre facture de gaz naturel dès la première année.

Chauffage : ne choisissez plus entre confort et design

Vous souhaitez changer de chaudière tout en préservant la décoration de votre logement ? Cette vidéo est faite pour vous !

Cache-chaudière, coffrage des tuyaux, peinture des radiateurs... il existe une multitude de solutions pour intégrer vos équipements de chauffage dans votre intérieur et garder pourtant un style design et homogène.

Nos conseils rénovation et décoration

Des aides pour financer vos travaux

Selon la nature et l’importance des travaux entrepris, le coût de la rénovation peut rapidement dépasser plusieurs milliers d’euros. Il existe aujourd’hui tout un ensemble d’aides financières (primes, éco-prêt, TVA à taux réduit…) accordées aux particuliers pour financer leurs travaux de rénovation, sous conditions.
Pour bénéficier de certaines aides, il est souvent indispensable de confier vos travaux à un professionnel ou une entreprise de rénovation certifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Télécharger le tableau récapitulatif

Des aides pour financer vos travaux de rénovation énergétique Des aides pour financer vos travaux de rénovation énergétique

Le devis travaux de rénovation : un document indispensable

Considéré comme une offre de prix, le devis travaux de rénovation doit obligatoirement comporter certains éléments : la mention "devis" ou "proposition de prix", les coordonnées de l’entreprise ou de l’artisan (nom, adresse, numéro RCS ou RM), les coordonnées du client et l’adresse du chantier, plusieurs dates (date du devis, date du début des travaux, date de fin des travaux), la durée de validité de l’offre, le coût (souvent à déduire du montant des travaux) ou la gratuité du devis, le détail des prestations (désignation précise du produit ou de la prestation, prix unitaire, quantité, prix total), le coût de la main d’œuvre (MO), le total dû, en HT et TTC.

Une fois que vous avez signé le devis pour vos travaux de rénovation (avec la mention "bon pour travaux" ou "bon pour acceptation"), vous êtes engagé et devez faire réaliser ces travaux par l’entreprise ou l’artisan.

Pour des informations complémentaires, veuillez consulter la page : https://www.economie.gouv.fr/cedef/cite-credit-impot-economie-energie